[Cinq façons d'aimer] Prologue: je démarre ma chronique!

Publié le par Elisa Dreaming

Hey vooooous !!!

Je démarre ma chronique un peu plus tard que prévu, vraiment désolée...

Bref ! La voici enfin j'espère qu'elle vous plaira. Alors sinon je me suis quasiment pas avancée dans ma chronique come j'avais prévue parce que je suis un peu bloquée dessus donc pour le moment le rythme de publication de la chronique ce sera, un post toutes les deux semaines. Désolée les filles ...

PROLOGUE :

Ah les vacances d’été période tant convoitée par les lycéens. On s’amuse, la peau dorée par les caresses du soleil. Il y a les beuveries sous les « boum boum » de la sono à fond, les amours de vacances et…La fin, oui car chaque bonne chose à une fin. Et une « avant-fin » celle-ci se passe trois jours avant cette fichue rentrée.

J-3…

Comme chaque matin c’est le soleil filtrant aux rideaux gris perle de Violette qui lui font ouvrir les yeux. De petits yeux noisette et rougis par une courte nuit. Pourtant Violette n’est pas de celles s’attardant à une soirée baignée d’alcool, mais plutôt de celles qui se plongent dans un livre jusqu’à se noyer dedans. Les rideaux ondulent sous le vent chaud de cette fin aout, formant des vagues de tissus et Violette sais que le jour J approche dangereusement. L’heure n’est pas aux plaintes mais aux achats ! Rien de tel qu’une nouvelle robe pour égailler une rentrée des classes. Sa tête est confuse sans doute à cause de tous les mots qu’elle a bu la veille. D’abord le miroir pour scruter les dégâts, ça vas mis à part quelques rougeurs sur les pommettes, un peu de BB cream et ce sera oublié. Du mascara waterproof et cela est suffisant. Les habits maintenant, quelques chose de facile à enlever pour les essayages…Un top loose et un short avec des ballerines. Classique mais efficace !

Dans le centre commercial le monde grouille. On entend des bribes de conversation, la vaisselle des cafés alentour qui s’entrechoque, les enfants qui crient, le pas des gens sur le sol.

Garret garât son scooter, accrochât son casque au guidon et s’engageât dans la foule du centre commercial.

Avant de commencer tout achat un déjeuner s’impose. Le ventre de Violette lui crie famine à grand coup de gargouillis des plus incommodants. Aura-t-elle assé d’argent ? Oui elle avait compté large dans son porte-monnaie. La cafet’ du centre commercial était garnit des beignets les plus délicieux du monde avec un glaçage à la vanille à en tomber par terre !

Aujourd’hui c’était la jeune femme rousse qui était de service.

-Bonjour que puis-je vous servir ?

-Deux beignets s’il vous plaît

-Désolée il n’en reste qu’un

-How et bien je n’en prendrais qu’un dans ce cas dit-elle en souriant

-Bien sûr, ça fera trois euros mademoiselle s’il vous plait. Dit la caissière en enroulant le beignet dans un sac en papier

Violette plongeât la main dans son sac. Des papiers de chewing-gums, des serviettes hygiéniques (oups !), un bout de gomme, un petit miroir. Mais pas de porte monnaies

-Excusez-moi deux petites minutes. Dit Violette

Bon sang mais pourquoi y avait-il autant de bazar dans son sac ? D’habitude les sacs des filles étaient toujours bien rangés, une fille trouve toujours immédiatement ce qu’elle y cherche! Et elle ? A croire qu’à chaque fois qu’elle fourre sa main dedans l’objet qu’elle cherche s’éclipse au fin fond de son sac à main.

-Je suis vraiment désolée. Dit-elle en regardant la queue derrière elle

Allé fichu porte-monnaie !! Montre-toi !! Pitié ne me fiche pas la honte devant tout le monde !! Quelle pouasse il ne semblait vraiment pas décidé à se montrer…

-Je ne comprends pas, je vous jure il me semble avoir pris mon argent ce matin.

Allé, pitié, pitié !!

Violette n’avait vraiment pas besoin de perdre son temps avec ce portefeuille introuvable ! La foule commençait à s’impatienter, surtout le gars juste derrière elle qui la matais avec mépris.

Sa main fouillait et fouillait les fin fond du sac, un vieux capuchon de stylo mâchouillé, des bonbons à la pastèque, des tickets de métro d’il y a deux mois, quelques vieux sentîmes –bien insuffisant pour payer évidemment !- un vieux feutre liner.

- Vraiment excusez-moi. Dit-elle d’un air désolé

Une brosse à cheveux, une barre de céréale, des barrettes, une boîte de pansement, du rouge à lèvre pourpre (tiens il faudra le garder celui-là, il est joli), une brosse à dent, un ruban pour les cheveux.

Le garçon derrière elle se met à souffler.

-Excusez-moi vraiment je…

-Bon on va pas y passer la journée !

C’était le type derrière elle, celui avec les cheveux bruns, il s’avança donna le compte du beignet, arrachât presque le sac des mains de la caissière et s’engageât vers la sortie.

-Hé, mon beignet ! Je rêve !

Il se retourna et Violette failli lui rentrer dedans. Il la regardât de la tête au pied avec de grands yeux bleu chargés d’indifférence.

-Tu l’as payé ce beignet ?!

-Non mais…

-Alors c’est pas le tiens. Dit-il un sourire en coin

-Mais j’allais le payer !

-Ha ouais ? Désolée mais dans trente ans ce sera trop tard.

-Je rêve ! Comment on peut être con à ce point !!

-En attendant le con il a payé son beignet et vue ton ventre crois-moi ça te rendras service

-Quoi ?!!!

Mais le garçon commençait déjà à partir et Violette n’avait ni le temps ni l’envie de lui courir après.

Garret sortit du centre commercial en ce léchant les doigts pleins de glaçage à la vanille.

Finalement Violette rentrât chez elle. Elle savait très bien qu’elle n’avait pas de ventre comme lui avait dit ce mec mais que c’était vexant ! Elle montât l’escalier de bois blanc et ce jetât sur son lit.

-Hé merde ! Dit-elle en voyant le porte monnaie qui trônait sur son bureau avec arrogance.

J-2…

Ce matin comme tous les matins pour Maxence le réveil sonnât à 7h35. Maxence ne savais pas rester au lit pendant des heures c'était même le genre de mec de bonne humeur dès le matin, jamais fatigué. Il se leva d'un bon de son lit, s'étira en faisant saillir ses tablettes de chocolat (au cas où une jeune et belle voisine ne l'espionne avec des jumelles), se mit en jogging pris son sac de sports et son téléphone et allât dans le parc situé en face de chez lui. Là, les écouteurs aux oreilles il se mit à courir d'abord à petite foulée puis de plus en plus vite. Il adorait sa, cette sensation quand les muscles ce contractent, que le souffle devient court, avec la sueur tiède qui coule dans le dos, et ce goût de l'effort lorsqu'on en peut plus mais on continue quand même. Maxence accélérait de plus en plus. Courir dans la nature quelle sensation ! Avec le soleil doré du matin traversant les feuilles des arbres donnant à toutes choses traversant les rayons, des allures émeraude. Maxence courait à toute vitesse c'était un sprint, ses poumons était au bord de l'exposition mais c'était dans ces moments que Maxence ce sentait pleinement vivant et libre. Il continua à courir jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus, puis il refit le trajet en sens inverse jusqu'à chez lui goûtant aux plaisirs de l'après-effort lorsque les endorphines ce répandent dans le corps. Il prit une douche froide, non, glacé même. Et tout cela était à chaque fois un perpétuel recommencement des meilleurs instants de sa vie.

J-1…

La chambre était silencieuse, le soleil réchauffait la moquette grise seul résonnait dans la petite pièce douillette le grattement discret du crayon sur la feuille, vite sa démange ! Sa démange ! Il faut gratter et gratter encore le papier, parfois plus fort parfois plus doucement. Les visages prennent formes. Les yeux, leurs éclats. Les cheveux leurs mouvements.

Brusquement la porte s’ouvre.

-Sam on passe à table ?

-Ouais maman. Répond le garçon

-Bon sang, combien de fois vais-je te dire d’arrêter de dessiner sur tes livres ?!

-Maman ! C’est ce que j’aime faire ! Ne regarde pas c’est personnel

-Ce n’est qu’un dessin mon fils. Bref nous passons à table, tu viens ?

-Ouais, ouais j’arrive.

La mère quitte la chambre. Et Sam se relève péniblement de sa moquette en glissant le livre sous son lit. Puis il quitte sa chambre, ce jurant de revenir plus tard finir son dessin.

Jour J…

Le réveil sonne, sept heures. Emma entend encore la musique dans ses oreilles, du rock, le volume est au minimum. Merde, elle a encore oublié d’éteindre la musique avant de s’endormir. Si Sofia était venue la voir hier soir elle aurait râlé à coup sûr ! Re-merde, aujourd’hui c’est la rentrée. Emma éteignit son iPod et sortit péniblement de sous la couette. Elle ouvrit les rideaux, la lumière coulât en flaque géante dans la chambre. Illuminant au passage les posters des groupes de métal et séries de science-fiction placardé au mur chocolat et taupe de la pièce. Elle allât dans la salle de bain communicante de sa chambre et commençât à ce débarbouiller. Inspection générale ! Le nez ? C’est bon les pores sont invisible. Pas de pont noir. Mince ! Des petits boutons pointaient sous la peau de son front. Vraiment une journée pourrit qui s’annonçait… Si elle ratait son trait de liner ce serait officiellement une mauvaise journée…

Sofia était en train de préparer le petit déjeuner, des œufs, du bacon des pancakes et une pomme. C’était la rentrée pour la petite Emma, bon dieux faites qu’elle ne s’attire pas de problème au lycée ! Le grand escalier de bois craque sous les pas des sneakers compensés de la jeune rebelle.

-Hey, salut Sofia ! Dit-elle en lui posant un baisé pétillant sur le front

-Bonjour petite rebelle. Tiens tu n’a pas fait ton fameux trais de liner aujourd’hui ?

-Et non, c’est officiellement une putain de mauvaise journée…

-Ne soit pas vulgaire ! C’est très bien aussi ce fard à paupière, un peu trop sombre mais très joli !

-Ça s’appelle un smockey-eyes Sofia ! De toute façon j’ai pas le temps de parler faut que j’aille en cours !

-Mais je t’ai fait à mangé.

-Là regarde ! Dit Emma en prenant la pomme et en la mettant dans son sac, tu vois je pars pas les mains vide. Allez bisous j’y vais.

Et elle partit en fermant la lourde porte ancienne.

Voilà vous venez de faire connaissance avec les personnages de ma chronique dites moi ce que vus en pensez, bisous a toutes ♥

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

imene 23/04/2016 17:17

c'est super, mais c'est quand que tu publie la suite

Elisa Dreaming 23/04/2016 17:31

je ne pense pas en faire une car j'ai eut vraiment du mal à m'accrocher à cette chronique mais je publie assé fréquemment des chapitres d'une autre fiction sur watpad ; )

-Al'gie 31/10/2015 15:34

Yeeeees, j'adoooore ! ;)
Déjà tu sais que j'aime trop comment tu écris ! ;) :) Et j'adore ce début, çà donne trop envie de lire la suite et de mieux connaître les personnages... Vivement ! :D ;) <3

Miss S 17/10/2015 17:32

J'aime beaucoup ^^ J'ai hâte de lire la suite :) Bisous

Elisa Dreaming 19/10/2015 12:45

Merci♥
La suite arrive bientôt ; )

Anamode 07/10/2015 13:30

j'aime beaucoup ♥

Elisa Dreaming 19/10/2015 12:45

Merci ♥

Le marron chaud 06/10/2015 19:47

J'adore, tu écris superbement bien, j'ai hâte de lire la suite!

Elisa Dreaming 06/10/2015 20:53

Merci beaucoup. Rendez-vous le 20 octobre pour la suite :p

Nanoush 04/10/2015 14:58

J'adore!! Tu écris très bien et puis j'ai hâte de découvrir encore plus tout ces différents personnages!!

Elisa Dreaming 06/10/2015 20:52

Merci j'espère que sa vas vous plaire ; )

Chloé 04/10/2015 10:44

J'aime tellement ta façon d'écrire !! J'ai trop hâte de voir la suite, j'étais absorber par l'histoire, et c'était déjà finit :(
Ahah, continue comme sa, vraiment, tu a beaucoup de talent ! :)
Bisous ❤️

Elisa Dreaming 06/10/2015 20:51

Merci ton commentaire me touche beaucoup. ha ha le soucis c'est que je bloque un peu sur la suite :p ;p

Mathilde 03/10/2015 18:58

Super mignon le mec apparemment...^-^

Elisa Dreaming 03/10/2015 19:35

Ha ha lequel? : ))

Maëlys 03/10/2015 15:18

Yes ! C'est super !

Elisa Dreaming 03/10/2015 15:19

Merci ; ) ♥